15èmes IHA Les invités 2020

15èmes Images Hispano-Américaines : les invités

Du 27 mars au 3 avril 2020

VERNISSAGE EN PRÉ-OUVERTURE DES 15èmes IHA AVEC

RICARDO PONCE (Peintre)

VERNISSAGE EXPOSITION EN PRÉSENCE DE L’ARTISTE 

Jeudi 26 Mars À 19h Au Mikado Cinéma Novel

PUIS BUFFET OFFERT PAR MIKADO CINÉMA NOVEL ET ADCH
RICARDO PONCE (Cuba, 1968)

Né à Cuba en 1968, Ricardo Ponce exerce son art à Valence, en France, depuis une quinzaine d’années. Celui qui dit « être né peintre » nous propose de découvrir son univers singulier, ambigu, puissant, inspiré de l’Art brut, du dadaïsme et du cubisme. Dans ses œuvres se mêlent avec talent le chromatisme caribéen, les empreintes et les ressentis d’un monde dans lequel il a grandi. Souvent grave parfois mystique, sa peinture témoigne d’une identité multiculturelle fièrement assumée. En utilisant ses propres techniques picturales, cet oiseau voyageur se raconte, parlant aussi bien de son quotidien que de ce pays dont il s’est exilé.

INAUGURATION DES 15èmes IHA

GONZALO TOBAL (Réalisateur)

pour le film

BUFFET À 19H30 À LA TURBINE OFFERT PAR ADCH
PROJECTION DE ACUSADA EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR

Vendredi 27 mars à 21h00 au Cinéma La Turbine

Samedi 28 Mars - 20h30 à l’Auditorium Seynod

Dimanche 29 Mars - 19h au Cinéma Les Nemours

GONZALO TOBAL

Né en Argentine en 1981, il a étudié la Philosophie, les Arts et la réalisation.  Devenu réalisateur, scénariste, producteur, monteur, il connaît d’abord le succès avec ses courts métrages. Parmi eux, Ahora todos parecen contentos obtient le premier prix de Cinéfondation en 2007 à Cannes et Cynthia tiene todavía las llaves est projeté en Première mondiale à la Semaine de la Critique à Cannes en 2010. Ses longs métrages, Villegas (2012) et Acusada (2019), ont reçu un accueil très favorable de la Critique et du public.

 

SOIRÉE RENCONTRE

avec MELINA LEÓN (Réalisatrice)

pour le film

PROJECTION DE CANCIÓN SIN NOMBRE EN PRÉSENCE DE LA RÉALISATRICE

Samedi 28 mars à 19h au Cinéma Les Nemours

MELINA LEÓN

Fille du journaliste Ismael León qui, dans les années 80, a révélé un trafic d’enfants volés, Melina León est une monteuse, productrice et réalisatrice colombienne. Elle a fait ses études aux Etats-Unis, à l’université de Columbia. Le parcours de son premier long métrage a été semé d’embûches notamment financières. Il lui aura fallu plusieurs années pour tourner Canción sin nombre. Le public pourra échanger avec elle lors de la présentation de son premier long métrage. 

REGARDS CROISÉS SUR LE GUATEMALA

LOLITA CHÁVEZ (Voix du peuple Quiché) et la présence du réalisateur

CÉSAR DÍAZ pour son film

NUESTRAS MADRES

PROJECTION DU FILM NUESTRAS MADRES

Dimanche 29 mars A 16h à Bonlieu Scène Nationale - Petite Salle

RENCONTRE-DÉBAT AUTOUR DU FILM NUESTRAS MADRES
LOLITA CHÁVEZ 

Née au Guatemala en1972, elle est devenue la voix du peuple quiché, ethnie dont elle est issue, et figure de proue de la défense des droits des peuples indigènes au Guatemala. C’est très jeune qu’elle découvre les inégalités et le racisme institutionnel à l’égard des peuples autochtones, les difficultés que rencontrent ces derniers pour accéder à l’eau potable, les violences et l’exploitation dont les femmes indigènes sont victimes. Devenue enseignante, elle fonde en 2008 avec d’autres militantes le CPK (Parti du Peuple K’iche), avec pour objectif la défense de la terre dont les ressources sont pillées par des « multinationales prédatrices » ainsi que par les cartels, avec la complicité d’un gouvernement corrompu. Son parti inflige une cuisante défaite à Monsanto en faisant annuler une loi qui devait permettre la privatisation des semences de maïs, l’aliment sacré des mayas, tout en s’opposant à des projets d’exploitations minières ainsi qu’à un méga-projet hydroélectrique. Ses détracteurs la considèrent comme « un épouvantail du développement » et lui font subir un harcèlement permanent. Sa lutte est celle de tous les dangers car elle fait régulièrement l’objet, ainsi que sa fille, de menaces de mort. Elle a même été victime de plusieurs tentatives d’assassinat. En 2017, bénéficiant d’un programme de protection temporaire, elle se réfugie en Espagne avec son fils. Finaliste la même année du prix Sakharov pour la liberté de l’esprit, prix décerné par le parlement Européen, Lolita Chávez espère pouvoir retourner vivre au Guatemala, réentendre les oiseaux de ses montagnes qu’elle chérit tant. Elle caresse en effet l’espoir que sa nouvelle notoriété lui permette de continuer son combat pacifique.

 

CÉSAR DÍAZ 

Né au Guatemala en1978, pays en plein conflit armé, il a 3 ans lorsque son père disparaît et sa mère, une combattante, part vivre au Mexique. Il la rejoint et y vit jusqu’à la fin de son adolescence avant de poursuivre des études d’art et de cinéma en Belgique. Il intègre ensuite l’atelier scénario de la FEMIS à Paris et se spécialise dans le montage. Il se partage depuis de nombreuses années entre Bruxelles et Paris comme réalisateur, scénariste et monteur. Dans deux documentaires remarqués (Semillas de Cenizas et Territorio Liberado), il évoque l’histoire récente de la dictature guatémaltèque. Son premier long métrage de fiction sur un sujet qui lui est personnel, Nuestras madres, a été caméra d’or à Cannes en 2019 et a reçu le prix SACD de la semaine de la Critique 2019. Ce film qui donne la parole à une génération durement touchée par une guerre civile encore méconnue, nous invite à réfléchir sur les rapports filiaux et la gestion de nos deuils.

CINÉ-CONFÉRENCE : organisé par des étudiants de l'IAE Savoie Mont Blanc, en partenariat avec l'ADCH

AVEC JEAN-JACQUES KOURLIANDSKY (Spécialiste de l'Amérique Latine et de l'Espagne)

pour le film LA CORDILLÈRE DES ANDES

CONFÉRENCE DE JEAN-JACQUES KOURLIANDSKY ET ÉCHANGES AVEC LE PUBLIC

Lundi 30 mars au Cinéma La Turbine (Salle Rencontre, premier étage) de 19H00 à 20H00

 

Puis PROJECTION DE LA CORDILLÈRE DES SONGES de Patricio Guzmán

Lundi 30 mars au Cinéma La Turbine – à 20H45 :

 

JEAN-JACQUES KOURLIANDSKY

 

Chercheur depuis plus de 20 ans à l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), spécialiste de l’Amérique Latine et de l’Espagne, géopoliticien et historien, Jean-Jacques Kourliandsky est aussi consultant, éditorialiste et auteur de nombreux ouvrages. Il alterne recherche et séjours sur le terrain en Amérique Latine, au plus près des réalités de ce continent. Lors de ce cette rencontre, il vous fera partager sa connaissance des crises que traverse l’Amérique Latine et répondra ensuite à vos questions. Les avis échangés permettront des échanges sans aucun doute fructueux. Nous vous attendons nombreux pour ce moment fort des 15èmes IHA, moment que vous pourrez prolonger devant La Cordillère des songes, troisième volet de sa trilogie, dans lequel Patricio Guzmán continue de dévider son fil politico-géographique et sonde les gouffres intimes du Chili.

 

SOIRÉE RENCONTRE

avec VIRGINIE LEGEAY

co-scénariste du film

PROJECTION DU FILM UNE MÈRE INCROYABLE EN PRÉSENCE DE LA CO-SCÉNARISTE

Mardi 31 mars à 20h45 au cinéma La Turbine

VIRGINIE LEGEAY

Est une actrice, scénariste et productrice française. Coscénariste du premier film de Franco Lolli, Gente de bien (2014) dont l’un des thèmes centraux était déjà la famille, elle l’est à nouveau pour Une mère incroyable (2019), second film du même réalisateur. Elle a accepté d’être des nôtres le mardi 31 mars à 20h45 au cinéma La Turbine pour la première diffusion du film dans les IHA 2020, et elle animera le débat qui suivra la projection. Nous vous attendons nombreux à cette soirée qui s’annonce exceptionnelle.

SOIRÉE RENCONTRE

avec MARIE FORGET (Maître de conférences)

et en présence de GREGORY LASSALLE

pour son film UNE VIE MEILLEURE

DANS LE CADRE DU CAFÉ GÉO, RENCONTRE avec Marie Forget
autour du film UNE VIE MEILLEURE

Mercredi 1er avril à 19h30 au Mikado Cinéma Novel

puis PROJECTION D’UNE VIE MEILLEURE en présence du 
réalisateur Grégory Lassalle

Mercredi 1er avril à 20h30 au Mikado Cinéma Novel

Jeudi 2 avril à 19h à la Cinémathèque des Pays de Savoie et de l’Ain

CAFÉ GÉO

Sous l’égide de Philippe Piercy, professeur de géographie au lycée Berthollet d’Annecy, des géographes de tous horizons, parfois accompagnés d’autres spécialistes, viennent analyser les grands enjeux de nos sociétés et de leurs espaces, nous aident à comprendre nos territoires proches ou lointains à différentes échelles. Les Cafés géographiques de Chambéry-Annecy offrent un moment convivial pour débattre des défis d’ici et d’ailleurs, d’aujourd’hui et de demain. En préambule à la projection du film Une vie meilleure de Grégory Lassalle, Marie Forget, maître de conférences à l’Université de Savoie, présentera les thématiques du film.

 

GRÉGORY LASSALLE 

 

Né à Montpellier en 1979, Grégory Lassalle vient du monde de la solidarité internationale et fait ses débuts de réalisateur au Guatemala où il vit entre 2002 et 2010. Ses premiers documentaires sont des films militants qui traitent les luttes sociales. Collaborateur ponctuel pour le Monde Diplomatique, il est l’auteur de deux livres : L’Aventure : Les migrants sur la route de l’Europe et La passion du schiste. Aujourd’hui, il se consacre au cinéma documentaire. Il vient de terminer Une vie meilleure qui suit quatre personnages confrontés à la vie dans un des eldorados modernes au nord de la Patagonie pétrolière. Son prochain film, En dehors, porte sur la trajectoire après la prison d’un ex-détenu longue peine.

SOIRÉE CUBA

avec LEONARDO PADURA (Écrivain cubain)

et film d'Icíar Bollaín

RENCONTRE LITTÉRAIRE ET SÉQUENCE DÉDICACES avec Leonardo Padura

Jeudi 2 Avril à 19H00 au Mikado Cinéma Novel

Puis

PROJECTION du film YULI d'Iciar Bollaín 

Jeudi 2 Avril à 20H45 au Mikado Cinéma Novel

 

LEONARDO PADURA 

Représentant incontesté du roman noir hispanophone, Leonardo Padura, né en 1955, raconte Cuba, son île, pour en livrer ses contradictions, ses stéréotypes et ses luttes. Écrivain majeur du XXe siècle dont les œuvres ont su dépasser les frontières, il est aujourd’hui autant reconnu pour ses polars aux intrigues profondes que pour ses romans politico-historiques. Journaliste, essayiste et scénariste pour le cinéma, Padura a reçu le prix Raymond Chandler (2009) pour l’ensemble de son œuvre et le prix Princesse des Asturies (2015) pour Hérétiques. L’écrivain débute son cycle Les quatre saisons en 1991 avec le roman Passé parfait, occasion d’une première rencontre avec le détective Mario Conde. Archétype du flic de roman policier désabusé, porté sur la bouteille et légèrement macho, Conde assiste à la misère morale et matérielle du peuple cubain. Après Les Brumes du passé et L’Homme qui aimait les chiens, l’auteur livre en 2014 un très beau roman, Hérétiques, où il rend hommage aux insoumis et aux dissidents. Son dernier roman La transparence du temps est un voyage éblouissant dans le temps et dans l’histoire.

SOIRÉE CLÔTURE : buffet, tango, film

PAOLA AGUILERA avec LEONARDO AUZA (Tango)

et (sous réserve) Jayro Bustamante

le réalisateur du film

BUFFET-CLÔTURE OFFERT PAR L'ASSOCIATION CAFÉ

Vendredi 3 Avril à 20H00 au Mikado Cinéma Novel

PAOLA AGUILERA ET LEONARDO AUZA, une histoire de Tango...
suivi de la PROJECTION de LA LLORONA de Jayro Bustamante 

Vendredi 3 Avril à 20H30 au Mikado Cinéma Novel

PAOLA AGUILERA ET LEONARDO AUZA, une histoire de tango…

A la fois danseurs et professeurs de tango, Paola et Leonardo ont développé leur propre style, élégant, musical, moderne et respectueux des origines de cette danse. Elle est Uruguayenne, il est Argentin. Ils se sont rencontrés à Buenos Aires où ils ont commencé leur carrière professionnelle, soutenus et reconnus par de grands maîtres du tango argentin. Ils donnent des cours à Buenos Aires et organisent des stages d’apprentissage en Europe, enlaçant ainsi les continents et les cultures. Leur humilité, leur fraîcheur, leur authenticité et leur haut niveau de professionnalisme sauront vous séduire et vous enflammer.

JAYRO BUSTAMANTE 

Il est né au Guatemala en 1977. Après avoir travaillé dans la publicité, Jayro Bustamante poursuit des études à Paris et à Rome et se forme aux techniques de réalisation et à l’écriture de scénarios. Souvent primé pour ses courts métrages, il accède à une notoriété internationale en 2015 avec son premier long métrage Ixcanul qui reçoit à Berlin l’Ours d’argent du prix Alfred Bauer. Il poursuit en 2018 avec Tremblements. En 2019, La llorona vient clore un triptyque sur trois tabous majeurs de la société guatémaltèque : la situation des « indigènes » considérés comme des êtres inférieurs, les préjugés contre les homosexuels et l’impunité dont jouissent les dictateurs et les génocidaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *